Portfolio : "Mémoire du futur"

décrivons la belle aventure

Portfolio de l’Association PABE MARTINIQUE  « MEMOIRE DU FUTUR »

 

Date de naissance : 20 mai 2007

Lieu de naissance : Marché d’Art Contemporain du Marin

 

Le PABE, avec ce portfolio, « Mémoire du futur », fête donc son 8éme anniversaire et…toujours au Marché d’Art Contemporain. Non plus comme spectateur, non plus comme simple admirateur !

A son actif, cet(te) ado, ou quasi ado, compte à travers l’île moult expositions (Carbet, Gros Morne, Fort-de-France, Lamentin…), moult participations à d’autres événements artistiques (Convergences Caraïbes, Pool Art Fair, BMAC Marin 2009 et 2013…), à des actions de municipalités et de la Région Martinique  pour diffuser l’art contemporain (Saint-Pierre, Carbet, Trois-Ilets, Quand l’Art se fait femme…), et à l’extérieur de la Martinique (Paris, Saint-Malo…)

Chacun des membres du PABE peut avoir exposer individuellement. Car le PABE c’est aussi la liberté d’être et de travailler ensemble, ou non. La seule exigence étant l’amour de l’Art et de l’Amitié ensemble travaillés.

 

19 membres du PABE, accompagnés, comme le veut sa tradition, d’invités d’honneur, ont décidé de marquer son 8éme  anniversaire en participant à l’élaboration d’une œuvre collective : ce portfolio, « Mémoire du Futur ».

 

Décrivons la belle aventure : d’abord il a fallu réaliser un dessin original, fondateur, appelé « la matrice ». A partir de cette base originale 100 fois photocopiée, chacun a brodé, phantasmé, construit 100 dessins (minimum !). Puis a sélectionné les 85 meilleurs. Le propriétaire d’un des 85 portfolio aura donc 21 dessins, datés, numérotés, signés de leur auteur.

L’idée d’élaborer un tel travail vient de la tradition mais remise à l’heure du jour par Dominique Berthet ici en Martinique.  Nous le remercions de nous avoir permis de suivre sa voie.

Le long labeur qu’a imposé cette production a mis en relief  les qualités qui font la pérennité du PABE. Elles tiennent en un mot : Amitié. Elle même renforcée par un bon esprit critique, du travail, de la patience, des colères et déceptions maîtrisées, des conseils, du partage, des échanges, de la solidarité, des fou-rires, de l’écoute…

Tous ces moteurs tour à tour ou ensemble sollicités pour produire ces 2100 dessins, 2100 variations sur 21 matrices : le résultat est remarquable !

Tous les medium sont convoqués (jusqu’à 5 sur un seul dessin) : acrylique, huile, fusain, aquarelle, crayons aquarellés, feutres, encres…Moult techniques : gravure, peinture, dessin, collage, découpage, couture, impression…

Certains artistes ont joué imperceptiblement sur la répétition d’un même dont les différences invitent à l’enquête.

D’autres ont fait des variations si… variées que leurs travaux mériteraient un recueil qui en ferait surgir toute la beauté.

 

« Mémoire du Futur » est donc le portfolio, œuvre collective anniversaire du PABE qui témoigne de son évolution, son actualité, sa dynamique, son amour de l’Art Contemporain, son désir d’à venir.

                                                                                                                                                                                                                            LE  PABE : Michèle ARRETCHE, Suzy BLAND, Nadia BURNER, Claudy DALLA-FONTANA, DAOUÏA, Karin ELIASCH, Sylviane FEDRONIC, Marie-Annette FOURNIER, Jean-Claude HENNEBERT, Nicole HUGON-NOUEL, Maryse LESDEMA, Françoise LEVY, Hélène MARQUET, Isabelle PIN, Marie-José RAVOTEUR, Marie-José SAINT-LOUIS, Garance VENNAT-RAGOT, Colette WILD, Sandrine ZEDAME.

 

Et ses invités : Fabienne CABORD et Diego VEGEZZI

Test couv rose

https://picasaweb.google.com/116520485100926501131/PortfolioPABE?authuser=0&authkey=Gv1sRgCPO85K2AktX_wgE&feat=directlink

Cliquer sur le lien ci-dessus pour voir 6 des 84 variations de chaque artiste participant, ou visionner le diaporama ci-dessous:

C’est la tradition du PABE : chacun de nos événements accueille des « Invités ». Ce sont Fabienne CABORD, bien connue comme grande amateur d’art, et Diego VEGEZZI, artiste peintre argentin contemporain, qui honorent ce portfolio anniversaire non seulement de leur parrainage mais de leur contribution artistique.

Voici leurs textes présentant leur travail, Le PABE les remercie fort chaleureusement.

 Fabienne CABORD :        Vin et un

J’ai abordé ce projet de portfolio comme un jeu, une expérience originale.

La création de la série a démarré très vite, par la recherche d’une matrice.

J’ai créé celle-ci autour d’un collage fait à partir d’une publicité pour des bouteilles de vin. Des étiquettes de bouteilles découpées, puis collées au-dessus de « personnages » tels que j’aime à les dessiner, juste ébauchés.

J’ai testé cette matrice en faisant quelques dessins et les idées se sont enchaînées. La bouteille de vin renvoie à plein de choses, positives ou négatives. En tous cas, sur la série que je présente, le message général c’est l’être humain, acteur ou spectateur du monde complexe et fou dans lequel on vit.

Ce fut une expérience formidable, qui m’a donné des pistes pour des projets futurs, avec notamment l’utilisation de l’imprimante.

Diego VEGEZZI :              Figures en mouvement

La forme humaine et le mouvement ont souvent été un sujet récurrent dans mon travail. Imbriquer les formes les unes avec les autres, les compresser ou amalgamer et bousculer afin de trouver une image qui va au-delà des figures représentées. Comme quelqu'un qui voudrait saisir une image rapide de quelque chose d'éphémère.

 Et voici les textes ou titres des 19 participants membres de l’Association PABE Martinique.

 

Michèle ARRETCHE :        Bateau ivre

Tout a commencé lors d’une déambulation aux abords de la place Saint Sulpice à Paris, 4 rue Férou, je me suis trouvée face au mur sur lequel est gravé en grand format le poème de RIMBAUD Le Bateau ivre . Quel choc ! Aussi, pour le portfolio, j’ai voulu que ma matrice soit tracée par des grands gestes noirs et violets, comme une vague issue des profondeurs de l’océan, traversée de rayons lumineux sur laquelle j’ai décliné les éléments du naufrage :

« Et dès lors, je me suis baigné dans le Poème

                   De la Mer, infusé d’astres et lactescent

Dévorant les azurs verts ; où, flottaison blême

  Et ravie, un noyé parfois descend ; »

 

Suzy BLAND   :                        L’œuf

Le 1er jour du projet du portfolio, je fus perplexe ! Le 2ème, pas motivée ! le 3ème, pourquoi pas !? Et j’ai plongé, sans hésiter autour de la matrice, autour du titre : « L’œuf » !! Emblème de la fécondité, emblème de la vie, emblème de la Renaissance…Et je suis satisfaite de mes «  œufs » !!!

 

Nadia BURNER :                  Bientôt la lumière…

Une série-prétexte pour raconter des histoires. Petites histoires sur la Guadeloupe, comme autant d’égratignures, de manques ou d’étincelles d’espoir. Des traces où les mots se mêlent à la laque brûlante, remuante comme ma terre où, j’en suis sûre, bientôt la lumière…

 

Claudy DALLA-FONTANA :   Ecorces

            Les couleurs du tronc du gommier, conduisent à la pirogue qui m’emporte en voyage d’un côté à l’autre de l’Atlantique ; mon corps et mon esprit la suivent sur l’océan calme ou tempêtueux.

DAOUÏA :                                    Au-delà du genre

Hommage à Olympe de Gouge, encore si peu comprise, la création du concept « Fhöm ». Mais au-delà du genre, l’importance des mots devenus maux : « Homme », « Race »…La sémantique, n’est pas qu’une « simple question de sémantique ». Projections pointillées de gouache, coloriages aquarelles à l’huile, paillettes : un regard enfantin, ludique pour dire le sérieux, la gravité des choses…

 

Karin ELIASCH :                      Délire à variations multiples.

J’ai laissé mon crayon noir dicter la matrice…puis toujours en automatique encres, stylos, crayons acryliques ont pris la relève pour créer des variations toutes très différentes.

Sylviane FEDRONIC :               Couleurs du temps.

La réalisation de ces pages s’étant déroulée sur une période assez longue, c’est tout naturellement qu’elles se sont imprégnées des nouvelles du temps. Jour après jour, les faits, les événements de nos sphères de vie, de la plus proche à la plus éloignée, nous construisent et en définitive nourrissent notre peinture. 4 mariages, 1 enterrement, 5 naissances, 3 séparations, 2 décorations, 1 déclaration, trop d’attentats… Et quoi et quoi et quoi ? La vie c’est tout cela…C’est ainsi que sont nées les « Couleurs du temps ».

Marie-Annette FOURNIER :        Empreintes

Traces culturelles, sociales, spirituelles…Héritages de nos ancêtres guidant notre vie… Sillons que nous creusons  avec « nos dents » pour construire chacun nos destins, avec nos forces, nos faiblesses…La picturalité de la Préhistoire à nos jours nous « exprime » !

 Jean-Claude HENNEBERT :            Elle

 

La volonté par ce travail de rechercher une création, une originalité nouvelles : pour moi qui suis uniquement figuratif, la tâche fut ardue mais combien enrichissante !!! Merci au PABE qui m’a conduit vers d’autres horizons.

Nicole HUGON-NOUEL   :             Monter ou Mer supérieure

Je ne privilégie pas la fenêtre, mais plutôt l’échelle. S’échapper : les poissons s'échappent de la mer, la lave s'échappe des volcans, l'échelle sert à s'échapper vers le haut…

 

Maryse LESDEMA :                         La valse des poissons

Un vrai challenge. Inspirée par la mer et ses habitants, la matrice a été trouvée naturellement. J’ai travaillé de manière fébrile…Les 100 dessins me sont apparus rapidement, mais…à la vue du travail des camarades, le doute s’est installé : toutes présentaient des dessins très colorés et moi du noir et blanc ! Mais je savais que je ne changerai rien. Je me sens bien très bien dans ce choix de couleurs et pour moi c’est une belle découverte : le noir n’est pas triste !!!

Françoise LEVY :                               Ecritures

 

Au début, je craignais de m’ennuyer à répéter la même chose. Mais très vite prise au jeu, j’ai pris plaisir à jouer avec les couleurs et suis « montée en tons »…

 

Hélène MARQUET :                         Tradition glorifiée.

 

J'ai voulu représenter, dans plusieurs contextes le  WATABWI qui  signifie « conque » en langue amérindienne. Qui ne connait les brochettes de lambi grillé? Mais se rappelle-t-on encore des traditions ancestrales ? La conque de lambi instrument de communication : Pour prévenir d'un décès, on soufflait d'une certaine façon dans la conque de lambi et la nouvelle se répandait ainsi de case en case. Les tombes en conques de lambis ont disparu de nos jours : selon la croyance africaine les ouvertures des conques étaient orientées vers le haut, vers le ciel pour que les âmes des morts puissent s'orienter dans le monde des vivants.

 La conque de lambi instrument de musique constitue le groupe "Watabwi".

Isabelle PIN :                                       Impassible baby doll

Mêlée de fleurs sensibles ou de journaux vacarmes, tu restes impassible, ton âme est ton arme.

Marie-José RAVOTEUR :                   Jeu

Une matrice que j’ai voulue sobre : 1 fond coloré, 4 lignes, quelques carrés colorés. Une sobriété très contraignante qui m’a obligée à beaucoup de créativité. Exercice réussi ? Je ne sais ? Mais j’y ai pris beaucoup de plaisir malgré le nombre d’heures incalculable de travail. (Techniques : dessin, feutres acryliques, collage, couture…)

Marie-José SAINT-LOUIS :             Existence, Résilience

Ma matrice est la reproduction d’une partie d’un de mes grands tableaux (90 X 70 cm) intitulé « Le secret ». J’en ai choisi une partie particulièrement chargée, riche en couleurs, mais aussi en zones bien délimitées… Comme des fragments dans le fragment.

Mon rôle, à partir de là, était de fondre l’ensemble en procédant par ajouts, fondus, masquage, dissimulation partielle ou totale …

Je crois que je me suis imaginée confrontée à la résilience inhérente à l’existence : dépasser les chocs pour continuer à exister…De la matrice implacable, et même certains jours stressante, je suis allée vers des subjectivités multiples (85) pour tenter de redonner une unité à ce fragment.Ma technique de prédilection a été le collage où se sont assez régulièrement immiscés des notes de musique, des lettres, des mots, des phrases, des textes, lisibles ou pas, pour simuler le langage, acteur de la (re)construction.

Garance VENNAT-RAGOT :            Errances autour de Bibliques des derniers  gestes          

 

Six phrases poétiques extraites de ce roman de Patrick Chamoiseau autour desquelles j’erre plastiquement, que je triture, façonne et enroule autour de ce visage minimaliste ni homme ni femme. J’aime ces phrases qui soutiennent mon inspiration et m’accompagnent au cours de ce long cheminement de 85 variations.

 

 

Colette WILD :                                    Initiales Gainsbourg

 

Ma matrice est une photo de Gainsbourg. J’admire sa musique, son écriture…J’ai essayé de lui rendre hommage en déclinant d’une part ses points faibles (cigarettes) et d’autre part les paroles de ses chansons et l’engouement de ses fans avec leurs graffitis qui ornent les murs de sa maison, rue Verneuil à Paris. 

 Sandrine ZEDAME :                           Mains libres 

J’ai réalisé la matrice dans une espèce de fébrilité créatrice, avec une vague idée de sujet : une femme hybride dont le corps et l’environnement ne font qu’un. Une idée de femme multiple, prise dans les méandres de ses pensées et de la vie.

Créer 85 versions du même dessin … Comment relever le défi sans répéter inlassablement la même chose ? Se laisser porter par  l’état émotionnel du moment, l’urgence, la tension … Le temps, pluvieux ou lumineux… L’heure, matinale ou nocturne… Se nourrir aussi du souvenir d’artistes aimés (Eluard, Picasso, Dubuffet…) et avoir les « Mains libres » pour faire pareil, différemment.

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau